coeur-galets

Ca fait maintenant 6 mois que mon Chouchou s'est fait opéré. Cette opération a changé sa vie, je ne l'ai jamais vu aussi actif et il a vite retrouvé sa joie de vivre. Pourquoi je parle de ça maintenant... Et bien nous retournons mercredi 4 décembre pour une échographie de contrôle au Centre Cadiothoracique de Monaco, et j'angoisse carrement. C'est une "maladie" qui ne se voit pas, et je crève de trouille que le cardiologue m'annonce une nouvelle opération. Le problème c'est que je ne me fais pas de films pour rien car il y a 50% de "chance" pour qu'une membrane sous valvuaire "repousse"...

Je ne me suis pas remise de cette opération en mai/juin, et je pense que je ne m'en remettrais jamais. Augustin, heureusement a l'air de mieux s'en tirer que nous (le papa et moi-même), même si il a, semple-t-il, lui aussi conscience qu'il a une épée de Damocles au dessus de sa tête. C'est pas facile tous les jours, il suffit d'un rien pour que tout resurgisse et que je me mette à pleurer.

C'est dur aussi quand autour de nous les gens disent "mais c'est fini maintenant", parce que malheureusement on l'a bien compris maintenant, ça ne sera jamais fini. Je sais qu'on a de la chance qu'il y ait des solutions à ses "problèmes", même si elles sont chirurgicales et à risque. Mais j'ai du mal à me raisonner, et je culpabilise beaucoup par rapport au fait que mon fils soit né avec une anomalie cardiaque. On a beau me dire que c'est un coup de "pas de bol", il n'empêche que...

Il se passe quelque chose de formidable dans tout ça c'est que Augustin, à cause de ce qui lui est arrivé depuis la naissance, est "spécial". C'est le chouchou de tous les enfants et les maitresses de l'école. Selon la directrice il est "extraordinaire", et sa maitresse trouve que c'est "un petit garçon génial", je ne sais pas trop ce que ça veut dire. Mais je pense qu'effectivement des trucs comme ça, ça marque, et Augustin est un petit garçon qui profite et qui mange la vie à pleines dents. Il est tout petit en taille mais très mature dans certaines réflexions qu'il peut faire. Bon, tout n'est pas positif, c'est aussi un petit garçon méga angoissé et il dort très mal (nous aussi!!!!!!). Je n'ai qu'une envie, qu'il ait la même enfance que les autres, sans hopital, sans cardiologue, sans opération. Je lui promettrais la lune si je le pouvais mais là je me sens totalement impuissante.

On verra bien...